Skip to main content

Antennes GSM et ondes électromagnétiques

Ecolo Watermael-Boitsfort met en avant le « principe de précaution » en matière d’ondes électromagnétiques. En effet, le débat scientifique concernant les éventuels méfaits que l’exposition aux ondes électromagnétiques peut avoir sur la santé fait rage et de nombreux citoyens s’inquiètent de cette situation.

GSM, ondes électromagnétiques et santé : cliquez ici

Depuis l’arrivée d’Ecolo aux échevinats de l’Urbanisme et de l’Environnement, la commune mène un travail de fond sur cette question. Ce travail s’est déjà concrétisé par :

une ordonnance de police administrative réglementant l’exploitation des antennes GSM adoptée par le Conseil Communal le 19 avril 2005 ;

une soirée d’information sur les antennes de télécommunications mobiles et leurs effets sur la santé qui s’est déroulée le 26 février 2007 en présence d’André Vander Vorst, professeur à la Faculté des Sciences appliquées de l’Université Catholique de Louvain ;

une motion adoptée le 24 avril 2007 par le Conseil communal appelant les autorités fédérales et régionales à introduire des règles plus claires et plus strictes et terme d’émission d’ondes électromagnétiques ;

la création d’un groupe de travail alliant responsables politiques et citoyens interpellés par la question ;

plusieurs publications sur le site internet de la commune et dans le journal communal visant à informer les habitants sur le sujet, à faire le point quant aux études scientifiques en cours et à donner des conseils permettant de réduire son exposition aux ondes électromagnétiques ;

la réalisation et la diffusion d’une brochure ayant pour titre « Onze conseils pratiques pour une utilisation saine et raisonnée du téléphone portable » et principalement destinée aux jeunes ;

une soirée d’information organisée le 1er février 2010 relative à l’application par la Région de l’ordonnace du 1er mars 2007 prévoyant qu’en tout lieu, nul ne peut être exposé à des ondes électromagnétiques excédant les 3 volts par mètre ;

l’Agenda 21 local, programme d’action pour le développement durable adopté par le Conseil communal en 2010, prévoyant l’application du principe de précaution et de prendre en compte l’aspect santé publique pour toute implantation d’installations génératrices d’ondes électromagnétiques ;

organisation d’un midi du développement durable le 31 mai 2013 destiné aux enseignants et aux responsables d’établissements scolaires : « les ondes GSM et électromagnétiques dans le milieu scolaire et de l’éducation » ;

à l’initiative des échevins ECOLO, des campagnes de mesures réalisées en 2014 dans les écoles et crèches communales par Bruxelles Environnement. Les résultats ont démontré que les niveaux de rayonnement étaient systématiquement inférieurs à 1V/m, voire à 0,5V/m. La commune souhaite conserver des niveaux d’exposition bas pour son territoire.

La Région bruxelloise applique l’une des normes les plus strictes au monde, se basant sur le principe de précaution. En effet, l’ordonnance du 1er mars 2007, votée à l’initiative d’Ecolo, prévoit qu’en tout lieu, nul ne peut être exposé à des ondes électromagnétiques excédant les 3 volts par mètre. Par ailleurs, la réglementation bruxelloise prévoit que pour le placement d’antennes d’une certaine puissance, une enquête publique doit être organisée et que chacun doit avoir accès aux informations techniques. L’entrée en vigueur de ces nouvelles dispositions est donc un pas en avant significatif dans cette matière.