Skip to main content

L’avenir de l’hippodrome de Boitsfort : la position d’ECOLO-WB

Une étude d’incidence réalisée dans le cadre de la demande de permis démontre que le projet « Droh!me Melting Park » risque de comporter des impacts négatifs si un cadre clair, précis et transparent n’est pas fixé par les autorités régionales.

Une enquête publique est organisée entre le 28 aout et le 26 septembre, l’occasion pour Ecolo WB de partager ses principaux points d’attention sur ce dossier. Ils portent principalement sur le type de public ciblé, la forêt de Soignes et la biodiversité, le bruit, la mobilité et les activités évènementielles. En voici la synthèse :

Historique

L’hippodrome de Boitsfort est, comme son nom ne l’indique pas, situé sur le territoire de la commune d’Uccle. Il est aménagé à partir de 1875 par la Société d’Encouragement des races de chevaux et le développement des courses en Belgique sur la base des plans élaborés par Edouard Keilig, l’architecte paysagiste qui s’est également chargé de l’aménagement du bois de la Cambre.

Différents bâtiments emblématiques ont été érigés au fil du temps tels que la petite tribune, la grande tribune et le bâtiment du pesage.

Après avoir connu un grand engouement entre la fin du 19ème siècle et la seconde guerre mondiale, l’activité hippique s’essouffle peu à peu à partir des années 1960.  En 1995, les dernières courses de chevaux sont organisées.

L’hippodrome est ensuite laissé dans un état d’abandon par son propriétaire – la Région bruxelloise – entraînant la dégradation progressive du site et des bâtiments prestigieux qu’il accueille. Certaines activités sont toutefois organisées telles que des brocantes et foires, soirées étudiantes, … Un golf s’installe également sur les pelouses centrales.

En 2013, après une longue procédure, le Gouvernement régional bruxellois octroie une concession d’une durée de quinze ans à la société VO-GROUP pour le projet « DROH!ME Melting Park ». Ce projet vise à mettre en place sur le site de l’hippodrome un parc de loisirs actifs multigénérations (découverte de la nature, culture, sports, horeca, …).

Parallèlement, la Région bruxelloise procède à la restauration des bâtiments classés présents sur le site, notamment de la grande tribune et du bâtiment du Pesage.

Quelles procédures ?

Le projet de réhabilitation du site de l’hippodrome de Boitsfort voulu par la Région bruxelloise à travers la concession octroyée à VO-GROUP nécessite l’obtention de permis d’urbanisme et de permis d’environnement. Ces permis doivent tenir compte de nombreux paramètres tels que le classement du site, la proximité de la forêt de Soignes et la présence de zones NATURA 2000, les impacts sur les quartiers résidentiels voisins, la mobilité, …

Dans ce cadre, une étude d’incidences a été élaborée examinant l’ensemble des impacts attendus du projet. Les demandes de permis introduites vont donc être examinées au regard des conclusions de l’étude d’incidences et des recommandations édictées par celle-ci.

La délivrance des permis relève de la compétence des autorités régionales (administrations régionales en charge de l’urbanisme, du patrimoine et de l’environnement) et non des communes. Les communes concernées sont toutefois chargées d’organiser une enquête publique d’une durée d’un mois (celle-ci se déroulera du 28 août au 26 septembre).

Toute personne intéressée peut prendre connaissance du projet et de l’étude d’incidences sur le site (http://www.uccle.be/docs/2017/rnt-drohme.pdf) ou en se rendant au service de l’urbanisme (Maison Haute – 1er étage, du lundi au vendredi de 9h à 12h et le lundi de 17h30 à 20h).

Une réunion d’information sera organisée par les exploitants pour les personnes intéressées le mardi 12 septembre à 18h sur le site de l’hippodrome de Boitsfort  (Salle Loft – Grande Tribune).

Enfin, une réunion de la Commission de concertation permettant aux personnes ayant réagi dans le cadre de l’enquête publique de faire valoir oralement leurs observations sera organisée à la Maison communale d’Uccle le 13 octobre 2017.

Les Collèges communaux des trois communes concernées (Uccle, Watermael-Boitsfort et Bruxelles-Ville) seront quant à eux appelés à rendre un avis consultatif et à transmettre celui-ci aux autorités régionales.

Dans ce contexte, il nous apparaît utile de formuler l’analyse d’ECOLO WB quant à ce projet.  

Un dossier suivi de près par ECOLO

Depuis plusieurs années, le projet de réhabilitation du site de l’hippodrome de Boitsfort est suivi de près par ECOLO.

Dès juin 2015, la députée ECOLO Céline DELFORGE interpellait le Ministre de la Mobilité au parlement bruxellois concernant la desserte du site en indiquant que le projet présenté entraînera un important trafic automobile, ainsi que des inconvénients de stationnement aux alentours et en interrogeant le Ministre responsable sur les mesures envisagées pour remédier à ceci.

En avril 2016, le député ECOLO Arnaud PINXTEREN interpellait le Ministre-Président au parlement bruxellois en rappelant que le projet suscitait de nombreuses questions auprès des riverains concernant principalement la mobilité (avec le risque de saturation des voiries et les difficultés de stationnement), les nuisances sonores générées par les activités, et l’impact du projet sur la faune et la flore de la forêt de Soignes voisine.  Arnaud PINXTEREN rappelait également l’importance de la concertation avec les riverains et les communes concernées.

Par ailleurs, en juin 2016, l’échevin ECOLO de Watermael-Boitsfort Tristan ROBERTI a participé à la Commission de concertation relative au cahier des charges de l’étude d’incidences et a insisté sur l’importance de cette étude pour permettre d’identifier les impacts du projet et, le cas échéant, d’adapter celui-ci. Tristan ROBERTI a également représenté Watermael-Boitsfort lors de la réunion de juin 2017 relative à la présentation des conclusions de l’étude d’incidences.

À l’inverse, les autorités régionales se sont, quant à elles, montrées très absentes de ce projet.  Ainsi, lors des réunions publiques liées à l’étude d’incidences, il n’y avait ni représentant du Ministre-Président PS Rudy Vervoort (pourtant en charge du projet), ni représentant de la Ministre Cdh de l’Environnement Céline Frémault, ni représentant du Ministre Sp.a de la Mobilité Pascal Smet,…

Un comble quand on sait que ce projet est porté par le Gouvernement bruxellois et que les autorisations pour le mettre en œuvre dépendent des autorités régionales ! Par ailleurs, aucune initiative n’a à ce stade été prise par le Gouvernement régional pour améliorer la mobilité sur les voiries régionales desservant le site de l’hippodrome ni pour renforcer la desserte du site en transports en commun.

Si ECOLO-WB relève des points positifs tels que le fait qu’un site laissé à l’abandon pendant plus de 20 ans soit réhabilité ou que les bâtiments de grande valeur patrimoniale aient été rénovés, il existe aussi de nombreux points d’attention concernant l’avenir de l’hippodrome, la mise en œuvre du projet DROH!ME Melting Park et l’impact des activités évènementielles telles que « La Terrasse ». Nous les résumons ci-dessous.

Les points d’attention

Le public visé

Alors que la concession régionale octroyée en 2013 avait comme ambition de permettre l’ouverture du site à un public familial et varié, il apparaît que les activités phares actuellement développées sur le site ciblent un public privilégié (le golf, la « Terrasse de l’hippodrome », « J’peux pas, j’ai piscine », …).  Par ailleurs, une partie importante des activités qui seront proposées dans le cadre du Droh!me Melting Park seront payantes ce qui limitera l’accès du public à ces activités.

Dans ce contexte, nous craignons une marchandisation de la nature et que ce projet soit pensé et réalisé avec des objectifs exclusivement marchands alors qu’il se développe sur une parcelle publique. Nous plaidons pour que les activités soient accessibles au plus grand nombre et ne visent pas prioritairement un public aisé. A titre d’exemple, les activités de découverte de la nature devraient viser prioritairement le public scolaire issu de nos communes mais aussi des communes plus populaires de la Région bruxelloise.

La proximité de la forêt de Soignes et la biodiversité

Le site de l’hippodrome de Boitsfort a été aménagé dans une zone de 32ha précédemment dédiée à la forêt de Soignes. Le site est à ce titre inscrit, comme la forêt, en zone NATURA 2000.

La forêt de Soignes bénéficie de plusieurs protections, telle que sa récente reconnaissance comme patrimoine mondial par l’UNESCO. Pourtant, elle est régulièrement menacée par des projets inadaptés que certains promoteurs souhaitent développer à proximité de celle-ci. La préservation de la forêt de Soignes et de la biodiversité particulièrement riche qu’elle accueille (faune et flore) doivent rester une préoccupation constante des pouvoirs publics.

Dans ce contexte, tout projet mené à l’hippodrome de Boitsfort doit être analysé au regard de son impact sur la biodiversité (limiter le bruit, les périodes d’occupation, faire en sorte que les éclairages ne soient pas dirigés vers la forêt, etc…).

Le bruit

L’étude d’incidences démontre un risque de nuisances sonores aux abords du site, notamment au niveau de la forêt de Soignes et des quartiers résidentiels voisins. Pas question que des concerts, soirées et évènements en tout genre viennent régulièrement troubler le calme des quartiers résidentiels environnants et de la forêt de Soignes.

La mobilité

L’étude d’incidences démontre un risque d’augmentation de la saturation des voiries situées aux abords du projet, et plus particulièrement de la chaussée de la Hulpe.  En plus de la gêne en matière de mobilité, cette situation contribuera également aux nuisances environnementales (bruit, pollution atmosphérique,…). L’étude d’incidences démontre également un risque de saturation des parkings et, par conséquent, de report du stationnement dans les quartiers résidentiels.

Les évènements

Le site accueille des « évènements » (journées d’entreprise, salons, journées sportives, activités culturelles, « La Terrasse », …). Chacun de ces évènements particuliers emporte son lot de conséquences en matière de bruit, de mobilité, de gestion des déchets, etc… Il est indispensable que le nombre d’évènements que le site peut accueillir soit précisé pour éviter une récurrence trop importante de leurs impacts.

Conclusion : un cadre précis, clair et transparent est indispensable

D’une manière générale, l’étude d’incidences démontre que l’impact des activités projetées combiné au nombre de personnes accueillies sur le site est trop important.

Les élus ECOLO de Watermael-Boitsfort demanderont donc que les autorisations d’exploitation qui seront délivrées par la Région fixent des seuils précis et raisonnables concernant le nombre d’activités pouvant se dérouler simultanément sur le site, le nombre de personnes pouvant être présentes simultanément sur le site, la récurrence des activités « évènementielles » sur le site, le bruit et les horaires d’exploitation.

Seul un cadre précis, clair et transparent limitant les activités et le public présent pourrait permettre d’envisager une mise en œuvre sereine du projet Droh!me Melting Park.

Par ailleurs, il appartient aux autorités régionales de veiller à ce que l’esprit de la concession octroyée en 2013 visant l’accès d’un public familial et varié sur le site soit respecté en faisant en sorte que les activités ne ciblent pas uniquement un public privilégié.