Skip to main content

RER : ECOLO DEMANDE LA REPRISE DU CHANTIER AU PLUS VITE

Les travaux visant à la mise sur pied du réseau RER ont un impact important sur la qualité de vie des riverains ainsi que sur le paysage et l’environnement de notre commune.

Ils sont à l’arrêt depuis environ un an, allongeant encore les délais de finalisation de ce chantier pharaonique. Cette situation est dénoncée par ECOLO et par l’ensemble du Conseil Communal, qui a adopté deux motions, le 16/06/15 et le 17/02/16, déposée par les chefs de groupe ECOLO-GMH-MR pour demander à Infrabel et au Gouvernement fédéral une reprise du chantier au plus vite, ainsi que les financements nécessaires.

Les textes de ces motions sont disponibles sur le site internet de la Commune : www.watermael-boitsfort.be/fr/commu…

Malgré les demandes répétées des autorités communales, aucune date de reprise du chantier n’a encore été annoncée. Il faut dire que la communication du Gouvernement fédéral dans ce dossier est particulièrement floue. Quoi qu’il en soit, il semble que le chantier sera bien achevé sur le territoire de Watermael-Boitsfort, mais sans garantie aucune à ce stade quant aux délais et au financement.

Il semble qu’Infrabel attende encore un accord du Gouvernement fédéral sur son plan d’investissement 2015-2019. Dans l’attente, les financements ne sont pas assurés et Infrabel ne peut pas avancer.

Pour ECOLO, il est indispensable que le futur plan d’investissement d’Infrabel fasse de la poursuite du chantier de mise à quatre voies de la ligne 161 une priorité. C’est le sens du message envoyé par le Conseil communal au Gouvernement fédéral.

Historique

Longtemps resté dans les placards de la SNCB, le projet de réseau RER s’est vu mettre sur les rails, en juillet 2001, par la signature d’un accord de coopération entre l’État fédéral et les 3 Régions du pays. Cet accord concernait, entre autres choses, la configuration du réseau, la répartition des investissements nécessaires et les mesures d’accompagnement (aménagement de gares, parkings, sites d’autobus, etc).

A Watermael-Boitsfort, le projet de RER devait se concrétiser par l’aménagement d’une halte au pont des Arcades sur la ligne 26, mais aussi par la mise à 4 voies de la ligne 161.

Au regard des impacts considérables que le projet était susceptible d’engendrer tant sur la qualité de vie des riverains que sur les caractéristiques environnementales et paysagères de notre commune, un travail de fond a été mené sur ce dossier. Ainsi, l’action conjuguée des autorités communales, des riverains et des associations de défense de la nature a permis d’améliorer sensiblement le projet initial déposé par la SNCB et d’envoyer clairement aux différentes autorités appelées à se prononcer le message suivant : le RER oui, mais pas n’importe comment !

Information et Participation

Lors de l’examen des différents permis nécessaires à la réalisation du réseau RER à Watermael-Boitsfort, l’échevine ECOLO de l’Urbanisme, Anne Dirix, a mis en place des groupes de travail quartier par quartier. Les réunions de ces groupes de travail avaient pour but d’informer et écouter les riverains directement concernés. Elles ont permis de nourrir les différents avis rendus par la commune dans ce dossier et d’exiger des améliorations permettant de réduire les impacts du projet sur la qualité de vie.

Lorsqu’il a été appelé à remplacer Anne Dirix à partir de septembre 2009, l’échevin Tristan Roberti a poursuivi cette bonne pratique en organisant plusieurs réunions d’information relatives à l’organisation du chantier, qui allait démarrer. Ces réunions visaient à permettre aux riverains de bien comprendre ce qui était projeté devant ou derrière chez eux et d’obtenir une information générale sur l’organisation du chantier (charroi, emplacement des accès au chantier, configuration des murs anti-bruit, etc…).

La commune a également réalisé et diffusé deux brochures. La première, relative à la question des expropriations, visait à aider les propriétaires concernés à comprendre cette procédure et à connaitre leurs droits. La seconde abordait la question des états des lieux avant chantier (finalité, biens concernés, procédure,…).

La commune a mis en place une ligne téléphonique (02/674.75.46) et une adresse email (rergen1170@wb.irisnet.be) dédiées au chantier RER. Si vous avez des questions sur le chantier ou constatez des problèmes, n’hésitez pas à aussi prendre contact avec la cellule Info Riverains d’Infrabel au numéro vert 0800/55.000 (de 7 h à 22 h) ou par mail à info.projets@infrabel.be.

Acquis et Faiblesses

L’action conjuguée des autorités communales, des riverains et des associations actives dans la défense de l’environnement a permis d’obtenir des améliorations significatives au projet initial.

Citons par exemple le principe d’une couverture totale des voies (tranchée couverte et casquette) depuis le début du Clos des chênes jusqu’à l’avenue des Criquets et verdurisation de la dalle de couverture par l’aménagement d’un parc public permettant de relier l’avenue Van Becelaere à la rue des Archives.

Autres acquis : l’intégration esthétique et environnementale des nouveaux talus et murs antibruit améliorée et à la prise en compte de la faune forestière par l’aménagement de couloirs sous voies et d’un écoduc en Forêt de Soignes.

Certaines exigences n’ont toutefois pas été entendues, en particulier la réduction de la vitesse des trains en zone urbaine. Cette mesure aurait permis de limiter sensiblement les nuisances liées au bruit. Nous regrettons également que les alternatives à la mise à 4 voies de la ligne 161, à la tête desquelles la construction d’un tunnel, n’aient fait l’objet que d’un examen sommaire de la part de la SNCB.

Le chantier

Le chantier RER est en réalité une juxtaposition de différents chantiers visant au même objectif : la mise sur rails du réseau RER à Watermael-Boitsfort. Un premier chantier s’est déroulé entre 2005 et 2009 et a permis la construction d’une halte RER sur le pont des « Arcades » à Watermael. Contre toute logique, cette halte n’est toujours pas desservie aujourd’hui, ni par le RER, ni par l’actuelle ligne 26. Sous l’impulsion d’Ecolo, la Commune de Watermael-Boitsfort a réagi à plusieurs reprises face à cette situation. Voyez notamment la motion votée au Conseil communal du 26 avril 2011.

Un deuxième chantier a commencé en mars 2010 en Forêt de Soignes : abattage des arbres, élargissement de l’assiette ferroviaire, modification des ponts, construction d’un écoduc. Ont suivi ensuite les travaux de génie civil à la gare de Boitsfort, notamment la reconstruction du pont.

Cette phase du chantier est désormais terminée. Elle englobait différents ouvrages et aménagements qui pouvaient être réalisés sans un déplacement préalable des voies. En effet, ces dernières figurent à des emplacements sur lesquels certains ouvrages seront érigés. Tel est le cas par exemple du mur anti-bruit longeant la rue des Archives entre la rue de l’Elan et l’avenue des criquets, ou encore de la seconde partie de la future tranchée couverte située entre l’avenue des Criquets et l’avenue des Lucanes.

Le déplacement des voies, suivi entre autre de la construction de la deuxième partie de la tranchée couverte et du pont de l’Elan fera l’objet d’une nouvelle phase du chantier, pour laquelle Infrabel est en attente de financement. Un nouveau marché public doit donc être attribué. Les travaux de parachèvement (plantations, murs anti-bruit), suivront à la fin du chantier.

Les différentes phases du chantier font l’objet d’autorisations dites « permis de chantier » délivrées par le Collège des Bourgmestre et Echevins. Ces permis de chantier concernent l’organisation du chantier. Lors de leur délivrance, la commune est particulièrement attentive à prévoir des conditions strictes et précises concernant le charroi et le tonnage des véhicules, les horaires de chantier et les travaux de nuit, la sécurité, les mesures relatives aux poussières dues aux chantiers, etc…

Par ailleurs, la commune a mis en place un comité de suivi du chantier RER composé du service Urbanisme-Environnement, du service des Travaux Publics, de la police locale et d’un consultant extérieur spécialisé dans le suivi de chantiers de génie civil. Celui-ci examine l’avancée du chantier et débat des meilleures solutions à apporter lorsque les travaux sont susceptibles d’avoir un impact sur la circulation ou sur la sécurité des déplacements.

Les enjeux

A court terme, l’enjeu principal est évidemment la reprise du chantier au plus vite, dont l’arrêt actuel est inacceptable ! Suivra ensuite le bon déroulement du chantier et donc le respect par Infrabel de ses engagements, des impositions des permis d’urbanisme et des permis de chantier. Il faut également veiller à ce que, lorsqu’une difficulté est rencontrée, celle-ci soit traitée en concertation avec toutes les autorités concernées et avec les riverains.

A moyen terme, il faudra être attentif à la qualité de finition des aménagements, en particulier en ce qui concerne l’aménagement des haltes et de leur quai, leur conformité aux permis délivrés.

A long terme, et une fois les chantiers achevés, c’est évidemment la mise en service du réseau RER et son bon fonctionnement qui seront l’enjeu principal.

Nous défendrons un RER utile au bruxellois tant pour leurs déplacements intra-bruxellois que pour leurs déplacements vers les deux autres régions du pays.