Skip to main content

TTIP Game Over : piratage de l’écran Coca-Cola place De Brouckère

Perquisition au domicile du conseiller communal boisfortois Hugo Périlleux-Sanchez

Le soir de la finale de coupe d’Europe, le 10 juillet dernier, des activistes ont accédé à l’ordinateur qui se trouve à côté de l’écran géant place De Brouckère et ils ont remplacé le logo Coca-Cola par le message suivant : « No more negotiations. No more free trade deals. It’s time for action. » (Plus de négociations. Plus d’accords de libre-échange. Il est temps de passer à l’action.) Cette action a été revendiquée par le collectif Ecran de Fumée contre les traités de libre-échange et contre la publicité dans l’espace public dans le cadre de l’appel TTIP Game Over.

Une perquisition a été effectuée au domicile du conseiller communal boisfortois Hugo Périlleux-Sanchez, son matériel informatique saisi et il a été embarqué menottes aux poings… Au cours de son interrogatoire, il a affirmé n’avoir « rien à déclarer ».

Pour faire face aux frais de justice et aux saisies, le collectif a lancé une cagnotte : https://www.leetchi.com/c/ecran-coc… ; des fêtes seront également organisées pour récolter des fonds.

Le collectif « Ecran de fumée » assume son action

“Nous assumons cette action qui était légitime, pertinente et nécessaire face à ce géant Coca-Cola qui pousse pour le TTIP” déclare Panneauramix, membre du collectif. “C’est incompréhensible de voir la justice investir de tels moyens dans la répression des mouvements sociaux alors qu’elle n’est pas capable de garantir la sécurité de nos concitoyennes et concitoyens. Coca-Cola s’offre du temps de cerveaux disponible 365 jours, 24h sur 24, nous nous sommes réappropriés cet écran pendant une quinzaine de minutes et nous voilà avec une plainte au civil, une plainte au pénal et une enquête sur le dos !” Coca-Cola est impliqué dans le soutien des négociations sur le TTIP par le biais du lobby Food and Drink, géant qui regroupe les plus grandes multinationales de l’agroalimentaire. “Coca-Cola tente de nous passer les menottes mais nous ne nous laisserons pas faire !” martèle Panneauramix.

Lire l’article de la Libre Belgique