Pour une solidarité ici et là-bas

Watermael-Boitsfort n’est pas une île isolée du reste du monde. Pour Ecolo-Groen, la solidarité doit s’exprimer dans notre commune et dans notre pays mais aussi à l’égard des pays du Sud.

C’est pourquoi un échevinat de la Solidarité internationale a été créé en 2001 à l’initiative d’Ecolo. La commune est en effet un niveau de pouvoir tout à fait approprié pour initier et soutenir des projets de développement locaux.

Nos propositions :

  • Poursuivre le travail du comité d’appui à la solidarité internationale géré par des acteurs locaux et des élus (accompagnement et avis sur le soutien des projets).
  • Soutenir les initiatives citoyennes visant à ce que la Commune se positionne sur les grands débats de société qui dépassent nos frontières (comme ce fut le cas sur le TTIP et l’accueil des réfugiés) : Nord/Sud, climat…
  • Poursuivre la dynamique « Commune de commerce équitable », notamment en favorisant les produits équitables dans tous les services et infrastructures communaux.
  • Favoriser et soutenir le travail de sensibilisation, de conscientisation dans la commune par les associations locales et les centres culturels.
  • Poursuivre le partenariat avec la commune congolaise de Limete.
  • Renforcer la politique d’accueil avec le CPAS et poursuivre le soutien des ILA et des initiatives citoyennes prises dans l’accueil des réfugiés (mise en œuvre de la motion « Commune hospitalière »).
  • Poursuivre l’action interculturelle dans une perspective d’éducation au développement, en collaboration avec La Vénerie, WABO, la Maison des Jeunes, les associations locales (magasins du monde Oxfam, Ken be Fem, Tisuka, CNCD etc.).
  • Tendre vers l’objectif d’un budget annuel consacré à la Solidarité Internationale représentant 1 euro par habitant.e, alors qu’il est actuellement de 0,3 euro par habitant.e.

Pour une solidarité ici et là-bas

Pour Ecolo, la solidarité s’exprime tant à l’égard des générations futures, à qui il convient de laisser une planète en bon état, qu’à l’égard des plus défavorisés, d’ici et de là-bas, dans les pays du Sud.

La commune est un niveau de pouvoir tout à fait approprié pour initier et soutenir des projets de développement locaux, de commune à commune. C’est pourquoi un échevinat de la Solidarité internationale a été créé en 2001 à l’initiative d’Ecolo.

LES PROPOSITIONS D’ECOLO :

  • Favoriser et soutenir le travail de sensibilisation et de conscientisation dans la commune par les associations locales et les centres culturels : soutien par la promotion de projets et/ou la coproduction d’actions (Jazz au marché avec Ken be fen, subsides annuels, soutien aux projets 11 11 11….).
  • Poursuivre le partenariat avec la commune congolaise de Limete dans le cadre du programme fédéral de coopération internationale (CIC) coordonné par l’Union de la Ville et des Communes.
  • S’inscrire dans la démarche d’Oxfam « ma commune n’est pas le bout du monde, ça passe par ma commune »
  • Poursuivre le travail du comité d’appui à la solidarité internationale géré par des acteurs associatifs locaux et des élus.
  • Recourir aux produits du commerce équitable et de proximité de façon systématique dans la commune et les asbl paracommunales.
  • Recourir aux organismes financiers à vocation éthique, y compris dans les asbl paracommunales.
  • Renforcer la politique d’accueil de mineurs non accompagnés avec le CPAS : poursuivre le soutien à l’ILA Saint-Hubert.
  • Poursuivre l’action interculturelle dans une perspective d’éducation au développement en collaboration avec la Vénerie, Wabo et la Maison des Jeunes.
  • Tendre vers l’objectif d’atteindre un budget consacré à la solidarité internationale d’un euro par habitant (actuellement 0,30 cents).